Le clown menteur (L’intention du personnage 3 de 4)

Maintenant que vos élèves ont expérimentés l’intensité, ajouter une couche de sens à vos saynètes en travaillant l’intention.

Dans la vie comme sur une scène, le corps sera parfois connecté à une émotion tandis que la voix sera connecté avec quelque chose de totalement différent.

Par exemple, on pourrait imaginer une situation où une personne serait à la Ronde, en fil d’attente, et serait complètement terrorisé.  La personne qui l’accompagne pourrait alors lui demander si le manège lui fait peur et, la personne terrorisée lui dirais que non. Par contre, si on regarde la scène de l’extérieur et que l’on est attentifs aux gestes, on pourrait percevoir les mains moites, le corps qui tremble et la figure longue!! Le corps et les mots diraient alors deux choses complètement différentes.

Dans cet exercice, nous allons nous pratiquer à cela!

Attention!  Attention!

Cet exercice est lié à une leçon sur l’intention du personnage.

 

Voici les quatre morceaux de la leçon! Je te conseille de les faire en ordre:

  1. La marche émotive
  2. Le clown en crise
  3. Le clown menteur
  4. Le gromelot, c’est ma nouvelle langue!

Réchauffement

En guise de réchauffement, je vous conseille de pratiquer les phrases suivantes avec vos élèves. Vous pouvez les pratiquer en marchant, devant un miroir ou devant quelqu’un c’est à votre choix. Attention. L’émotion annoncée ne correspond pas à la phrase qui est dite!

 

  • Colère : « Je ne suis pas fâché. Ça va je vais très bien. Oui vous pouvez le faire. Sans problème. Ça me va »
  • Joie: « Je suis très fâché! Vous m’avez vraiment déçu, j’attends des excuses. C’est inacceptable! »
  • Peur : « Je n’ai pas peur. Je suis fort. Je connais le karaté. Suivez-moi on y va! Allez derrière moi! »
  • Tristesse : « Je suis tellement heureux! C’est le plus beau jour de toute ma vie! Wistiti! »

 

 

Tout le monde en piste!

Maintenant que les élèves sont réchauffés, vous pouvez créer de vraies représentations.

Pour jouer, reprennez les explications du jeu La crise du clown mais fait en sorte que les réponses soient toujours double: une émotion dans le corps et une émotion dans les phrases.

Voici deux exemples de scène

 

SCÈNE 1 :

Le clown est fâché mais ne le montre pas.

CLOWN 1 entre en scène

CLOWN 2 entre en scène

CLOWN 2

Bonjour mon ami, j’espère que tu vas bien. Moi je vais très bien! Je viens de jouer pendant deux heures avec le camion que tu m’as prêté! Wow! Il roule vraiment bien! Mais bon, à un moment, j’ai voulu savoir ce que ça faisait si je lui faisais faire un vol plané au dessus du murette dans le stationnement et… ben… il s’est brisé. Désolé.

CLOWN 1 

(FÂCHÉ) Ça va, je ne suis pas fâché. Ça va, je vais très bien. Je ne jouais presque plus avec. Je te pardonne mon ami.

 

 

SCÈNE 2 :

La clown est triste mais ne le montre pas

CLOWN 1 entre en scène

CLOWN 2 entre en scène

CLOWN 2

Bonjour mon ami, j’espère que tu vas bien. Moi je vais très bien! Je viens de jouer pendant deux heures avec le camion que tu m’as prêté! Wow! Il roule vraiment bien! Mais bon, à un moment, j’ai voulu savoir ce que ça faisait si je lui faisais faire un vol plané au dessus du murette dans le stationnement et… ben… il s’est brisé. Désolé.

CLOWN 1

(Triste) Ça va, je ne suis pas triste. Ça va, je vais très bien. Je ne jouais presque plus avec. Je te pardonne mon ami.

 

Poursuivez votre découvert avec la leçon suivante: Le clown menteur

En guise de rappel, voici les quatre sections de la leçon sur l’intention du personnage.

  1. La marche émotive
  2. Le clown en crise (c’est la leçon que vous lisez maintenant)
  3. Le clown menteur
  4. Le gromelot, c’est ma nouvelle langue!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *